Les verbes du 4ème groupe.

Je ne l’apprends à personne : en français, les verbes sont classés en groupe.
Les verbes se terminant par “er” font partie du premier groupe alors que ceux se terminant par “ir” font partie du second.

Bien entendu, le français étant une langue compliquée, tous les verbes se terminant par “ir” mais dont le participe présent ne se termine pas par “issant” font partie du 3ème groupe.
Par exemple : “cueillir” ayant comme participe passé “cueillant”, cueillir fait donc partie du 3ème groupe. À l’inverse, le participe présent de “subir” étant “subissant”, “subir” fait donc partie du 2nd groupe.

Pour en finir avec cette digression introductive, je me permets également de vous faire savoir que les deux premiers groupes sont appelés conjugaisons vivantes, tandis que le 3ème groupe est appelé conjugaison morte.
D’après le Wikipedia, les nouveaux verbes intègrent les premiers et seconds groupes, jamais le troisième. Shortlister, 1er, Jailbreaker, 1er, Alunir, 2nd. C’est pas faux.

Quoiqu’il en soit, je suis intimement persuadé qu’il nous manque un groupe de verbe. Un 4ème groupe de verbe. Des verbes qui ne se terminent ni par “er” ni par “ir”. Des verbes qu’on a l’habitude d’entendre et encore plus l’habitude de conjuguer n’importe comment. Qui, bien entendu, ne peuvent intégrer le groupe de la (conjugaison) mort(e).

Je parle des verbes en “ave”.

Vous ne l’aviez pas vu venir celle-là. Et oui, “bédave“, “bicrave“, “bouyave“, “pillave” j’en passe et des meilleurs. Tous ces verbes que l’on a récupéré du parler de banlieue. Un argot de banlieue lui-même dérivé du romani. Bref, ces verbes qu’on a bien essayé de mettre à l’infinitif (“maraver”, “chouraver”) mais dont l’euphonie frise alors le néant. De plus, rentrer “bicrave” dans le premier groupe nous oblige de facto à conjuguer le verbe. “Nous bicravons, tu bicraveras, (que) je me bicrasse, ils bicravaient, vous bicraveriez.” Quelle horreur.

En réalité, les verbes du 4ème groupe (en -ave donc), sont invariables. Tout comme les verbes vietnamiens, ils ne se conjuguent pas et ne s’utilise qu’à l’infinitif. “Je bédave, tu bédave, il bédave, on bédave, nous bédave, vous bédave, ils bédave”. Notez qu’il est préférable d’utiliser “on” plutôt que “nous” et que “vous bédavez” est tout aussi moche que “vous bédave”. Par ailleurs “bédave” étant invariable, notez que cette forme inclut également les participes passés et présent. Nous dirons plutôt “j’ai bédave” plutôt que “j’ai bédavé”.

Pensez-y pour vos rédactions futures.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s